LIENS


L'ACADÉMIE D'AGRICULTURE DE FRANCE
Tout ce que vous aimeriez savoir sur la Forêt et le Bois en 100 questions… 

sans oser le demander !
     L’opinion publique s’intéresse de plus en plus aux forêts dans leurs dimensions loisir, environnement et même thérapie, ainsi qu’à l’utilisation du bois que ce soit pour les énergies renouvelables ou la construction, plus récemment. Malheureusement la communication sur ces questions relève davantage des organisations non gouvernementales de l’environnement plutôt que des professionnels et scientifiques de la forêt et du bois. 
    Les ouvrages, films et documentaires naturalistes sont focalisés sur les excès suggérés en matière de gestion et d’exploitation forestière. Les best-sellers traitant des relations entre l'homme et la nature ont un large public. Ils se concentrent généralement sur des aspects écologiques ou socioculturels et utilisent des arguments souvent trop simplistes. Ils s’intéressent rarement aux activités professionnelles ou industrielles contribuant à une économie durable, respectueuse de l’environnement. Malheureusement les professionnels des industries forestières et du bois ont souvent peu de compétences et peu de temps à consacrer à la communication.

   C’est pour cette raison, qu’il y a quatre ans, la section 2 "Forêt et filière bois" de l’Académie d’Agriculture de France a réalisé un ouvrage collectif, intitulé "La forêt et le bois en France en 100 questions". Il s'agit d'un livre numérique mis en ligne et d'accès libre. Yves BIROT, alors secrétaire de la section 2, en était le Rédacteur en chef. Les 60 auteurs étaient sont pour plus de la moitié des membres de l’Académie et les autres des experts extérieurs. A ce jours, l'édition comporte 105 fiches de quatre pages répondant à une question, et qui peuvent être lues indépendamment les unes des autres. . Les différents sujets sont groupés au sein de dix chapitres couvrant les problématiques les plus importantes du domaine de la forêt et du bois, qu’elles soient économiques, environnementales, sociétales ou liées à la gouvernance.
    L’ouvrage vise à répondre sans parti pris et sur des bases scientifiques et techniques avérées, et les plus récentes, à des questions souvent exprimées dans l’opinion publique, les médias etc. Il devrait permettre de lutter contre les approximations et contre-vérités, par exemple sur la neutralité carbone du bois énergie, la non impression des courriels et fichiers électroniques pour sauver les forêts. Au contraire, utiliser du papier à partir de bois provenant de forêts gérées durablement permet de contribuer à la bonne santé des forêts ! De plus, l’utilisation des papiers et cartons permet de diminuer celle des matières plastiques dont l’accumulation forme des continents dans les océans et les mers !

    CLIQUEZ ICI  pour consulter ces fiche (au format pdf) et les télécharger gratuitement pour en faciliter la diffusion. Toute demande de renseignements peut être transmise aux auteurs par l’intermédiaire du secrétaire de la section 2, Bernard Roman-Amat (bernard.roman-amat@wanadoo.fr).

    Xavier DEGLISE est membre émérite de l'Académie d'Agriculture de France et adhérent de l'Association EMERITES.LORRAINE. Il est l'un des coauteurs de l'ouvrage.


CONFÉRENCE DE LA SFEN SUR LE RISQUE...

   Jean-Marc CAVEDON (Physicien et ingénieur, Administrateur de l’Institut de Maîtrise des Risques, Spécialiste de Sûreté nucléaire au CEA) a donné la conférence-débat "Peut-on vivre sans risque ?" le 14 novembre 2018 à 20h30,
Il s'agit là d'un sujet particulièrement important dans le débat actuel sur les énergies, la pollution et, d'une manière générale, sur l'impact des activités humaines sur la planète.
Vivre, c'est risquer : mais sommes-nous prêts à l'accepter ?
Le risque zéro n'existe pas, tout le monde le sait. Mais tout le monde ou presque cherche à se débarrasser de ce compagnon de route encombrant. Qu'est-ce qu'un risque au juste ? Que pensent et que font les professionnels du risque ? Peut-on se défaire de tout risque et après tout, le faut-il ? Éliminer le risque revient-il à éliminer nos responsabilités ? S’appuyant notamment sur les risques réels ou perçus de l’actualité récente et ceux du nucléaire, le conférencier s'interrogera notre relation au risque et notre propension à l’inaction... ou à l’action !
Pour toute information sur la Société Française de l'Energie Nucléaire, CLIQUEZ ICI  pour accéder à son site web.

MUSIQUE DE CHAMBRE AVEC LE PÔLE SANTÉ  

Jean-Claude MARCHAL (qui a présenté l'exposé "Musique et cerveau" lors de la Journée à Thème "Musique Vivante"), est président de l'ALMC (Association Lorraine de Musique de Chambre). Il co-organise bientôt un concert avec le Professeur Marc BRAUN (Doyen de la Faculté de Médecine à l'UL), à l’occasion de l’inauguration du Pôle Nancy-Santé.
Cette manifestation s'est déroulée le mercredi 3 octobre 2018 à 20h30 à la faculté de médecine de Vandœuvre-Brabois
L'orchestre Ostra Zik y a joué des œuvres de Mozart, Beethoven, Prokofiev, Wagner et Lizt. L’entrée est gratuite.
CLIQUEZ ICI  pour plus d'informations.
DÉCOUVERTE D'UN INSTRUMENT DE MUSIQUE

L'association Des'lices d'Opéra a organisé, le mercredi 26 septembre 2018 à 18h00, une rencontre exceptionnelle à l'Opéra de Nancy sur le thème : "La Contrebasse, un instrument 
polymorphe". L'invitée de cette manifestation était Fanny BEREAU, contrebassiste à l'Orchestre symphonique et lyrique, qui a fait découvrir tous les secrets de cet instrument le plus grand et le plus grave de la famille des cordes et que l'on peut jouer assis ou debout, avec ou sans archet.
L’ACADÉMIE DE STANISLAS


François LE TACON, membre de notre Association, est depuis longtemps "Questeur" (Trésorier) de l'Académie de Stanislas, dévouée aux Sciences, Lettres et Arts depuis le 28 décembre 1750. Le siège est situé à Nancy, 43 rue Stanislas.
Cette institution a été fondée à Nancy le 28 décembre 1750 par le roi de Pologne, duc de Lorraine et de Bar, Stanislas Leszczynski. Depuis cette date, elle a conservé l’esprit voulu par son fondateur et s'intéresse aux multiples aspects de la culture scientifique, littéraire, artistique et technique. Ouverte au monde contemporain, elle a notamment, pour objectif d’animer des débats sur l’évolution de notre société. Les séances suivantes sont ouvertes à tous (d'autres étant réservée aux membres de l'Académie).
CLIQUEZ ICI  pour visiter le site web de l'Académie de Stanislas.
L'ACADÉMIE NATIONALE DE METZ
 
Jean-François MULLER, membre de notre Association, est depuis l'an dernier Président de l'Académie Nationale de Metz. À ce double titre, il nous fait part des activités programmée pour 20018 par cette institution dont l'histoire remonte à 1757 sous l’appellation originale de "Société d'étude des sciences et arts de la Ville de Metz". Elle a évidemment connu des vicissitudes à l'occasion des aléas de l'histoire, d'abord lors de la Révolution Française, puis pendant la période de rattachement de l'Alsace-Lorraine à l'Allemagne après la guerre de 1870. L'Académie a retrouvé sa quiétude et bénéficie d'une installation pérenne dans ses locaux propres, 20 en Nexirue à Metz, l'Académie possède une riche bibliothèque accueillant étudiants et chercheurs. Elle tient une séance privée mensuelle, d'octobre à juin. Le bilan de ses travaux est présenté en fin d'année au cours d'une séance publique, dans les salons de l'Hôtel de ville, cette manifestation étant un des points forts de la vie culturelle de la cité messine.
CLIQUEZ ICI  pour visiter le site web, de l'Académie Nationale de Metz.

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES ANCIENS ET AMIS DU CNRS

Parmi nos liens les plus chers figure en bonne place l'Association des Anciens et amis du CNRS (ou A3 CNRS en bref). Elle est importante tout d'abord parce qu'elle regroupe des personnels CNRS qui ont travaillé avec les professeurs émérites de Lorraine et mêmes des chercheurs émérites du CNRS membres de notre association. Elle l'est également parce que son correspondant pour la région Centre-Est est notre ami Bernard MAUDINAS, dont le dynamisme et la gentillesse sont bien connus de tous.

L'année 2018 est marquée d'une pierre blanche pour cette association dans notre région. En effet, c'est à Nancy que s'est tenue le 7 juin 2018 son Assemblée Générale nationale. Plusieurs de nos membres y ont participé. Au travers des activités proposées, ce fut une occasion exceptionnelle pour partager les succès (et sans doute les soucis) de cette association qui nous est proche.

CLIQUEZ ICI  pour consulter la rétrospective des activités de l'Association des Anciens et Amis du CNRS (Direction Régionale Centre-Est) depuis 2005.
RENÉ BLONDLOT, ICÔNE DE L'ERREUR SCIENTIFIQUE

Le Jeudi 11 janvier 2018, l'Académie Lorraine des Sciences a donné la parole à Vincent BORELLA pour une conférence très documentée sur "BLONDLOT et les rayons N : genèse et postérité d’une erreur scientifique".


Prosper-René BLONDLOT (1849-1930) a vécu l'essor de Nancy suite à la guerre de 1870. Il fut contemporain des grands artistes de l'Ecole de Nancy. Physicien de qualité à la Faculté des Sciences, il réalisa ses travaux "majeurs" à l'époque des grandes découvertes des radiations électromagnétiques : Wilhelm RÖNTGEN (1895) pour les rayons X, Henri BECQUEREL(1896) pour les rayons "uraniques", Paul VILLARD (1900) pour les rayons Gamma. Victime de son auto-suggestion, il publia en 1901 une communication sur les "rayons N" (N comme Nancy). Ce rayonnement, censé augmenter la luminosité d’une lumière de faible intensité, intrigua beaucoup de ses collègues. Certains accueillirent la nouvelle de cette découverte avec enthousiasme, d'autres manifestèrent un grand doute. C'est ainsi qu'un an seulement après la découverte de BLONLOT, Robert Williams WOOD publia, dans la revue "Nature", un article présentant le phénomène comme purement subjectif et sans origine physique. Au delà du caractère anecdotique de cet épisode, c'est tout le processus de la Découverte qui suscita une réflexion fondamentale. Sans remettre en cause les qualités de son auteur, cette erreur resta gravée dans la mémoire de générations de physiciens. Quant à René BLONDLOT, il prit sa retraite prématurée en 1909. Il resta toujours persuadé du bien-fondé de ses découvertes, jusqu'à sa mort, survenue en 1930. Il légua tous ses biens à la ville de Nancy. Les Rayons N sombrèrent dans l'oubli, sauf pour plusieurs universitaires qui en tirèrent un enseignement pertinent au sujet de la rigueur à apporter dans la recherche scientifique.